L'entretien de la trompette.

Vous avez cassé votre tirelire pour vous offrir l'instrument de vos rêves : il s'agit maintenant d'en tirer le maximum et de le faire durer. En classe de trompette, j'ai vu des élèves arriver avec des instruments bosselés, dont les coulisses "mobiles" étaient bloquées, et des embouchures dont le grain était réduit de moitié par la crasse ! Impossible de jouer dans ces conditions.
On a vu à propos de la justesse qu'une modification apparemment infime du diamètre interne du tube peut déplacer une note de plusieurs dizaine de "cents", jusqu'à un quart de ton. Lorsque la branche d'embouchure est recouverte intérieurement d'un dépôt irrégulier mêlant salive, particules solides et oxydes métalliques, l'effet sur la justesse peut être catastrophique. De même, le grain de l'embouchure est déterminé au centième de millimètre. Une utilisation prolongée sans nettoyage peut entraîner une réduction de diamètre jusqu'à un demi millimètre, ce qui va changer radicalement l'impédance et la sonorité de l'instrument.
Enfin, les pistons, étant ajustés de façon très précise pour assurer leur étanchéité, doivent être nettoyés et lubrifiés régulièrement pour ne pas s'user prématurément.

Entretien courant.
Entretien semestriel.
Peut-on remettre à neuf une trompette qui a beaucoup servi ?
Peut-on améliorer une trompette ?
Cas particulier des trompettes à palettes.
Comment ôter une embouchure coincée ?
Que faire si les pistons ne remontent pas bien ?
Que faire quand les coulisses mobiles ont un frottement gênant ?
Comment enlever une coulisse coincée ?
Comment réparer soi-même une entretoise dessoudée ?
Comment réparer soi-même une bosse au bout des coulisses ?
Où faire réparer ma trompette ?

Entretien courant.

Il consiste à huiler les pistons et les coulisses mobiles et à nettoyer l'embouchure et la branche d'embouchure. Cet entretien est à faire au moins une fois par semaine. Utiliser de l'huile à pistons spécifique pour trompettes, vendue (cher) chez les marchands d'instruments. On peut utiliser aussi de l'"huile" pour lampes décoratives, qui est en fait du kérosène (ou pétrole "lampant") désaromatisé. C'est beaucoup moins cher mais il faut en remettre fréquemment car il s'évapore. Certaines huiles laissent à la longue par polymérisation un dépôt qui nuit à la vélocité des pistons et il faut alors un nettoyage approfondi pour s'en débarrasser. Comme beaucoup de trompettistes que je connais, j'utilise l'huile "La Tromba T2" qui n'a pas cet inconvénient.
Pour le nettoyage de l'embouchure, il faut un écouvillon spécial de forme conique que l'on trouve chez les vendeurs de trompettes. Utiliser de l'eau et un détergent, savon ou liquide à vaisselle et frotter vigoureusement jusqu'à ce que l'intérieur de la queue d'embouchure apparaisse brillant quand on regarde à travers. Pour la branche d'embouchure, enlever la coulisse d'accord et faire comme ci-dessus, mais avec un écouvillon cylindrique à poils durs de diamètre approprié. Avec une trompette à palettes, cela nettoie en même temps les cylindres, du moins pour la partie qui est utilisée dans le doigté "à vide". Sauf si vous avez une branche dite "inversée", ce nettoyage va enlever la graisse de la coulisse d'accord et il faudra donc en remettre un peu pour remonter l'instrument.
Le nettoyage de l'extérieur d'un instrument verni est facile : un peu d'eau tiède savonneuse puis rincer et laisser sécher. Pour un instrument argenté, on peut faire la même chose mais cela ne suffira pas à faire disparaitre les parties noircies. Il n'est pas conseillé d'utiliser fréquemment un produit de nettoyage genre Miror ou Argentil car il enlève à chaque fois un peu d'argent et à la longue le laiton apparaîtra. Il vaut mieux procéder par électrolyse inverse : prendre un récipient en plastique juste assez grand pour placer la trompette recouverte d'eau, en tapisser l'intérieur avec une feuille d'aluminium ménager et le remplir avec de l'eau chaude additionnée de bicarbonate de soude. Laisser tremper plusieurs heures jusquà ce que les traces noires aient disparu. Explication : les sels d'argent qui forment les traces noires sont ionisés dans la solution ; les ions négatifs vont se combiner à l'aluminium qui est plus électropositif que l'argent tandis que les ions d'argent Ag+ vont se redéposer sur l'instrument qui va donc conserver toute son argenture. Bien sûr, cette opération étant très longue, elle n'est pas à lancer tous les jours !

Entretien semestriel.

Tous les six mois environ, il faut faire un nettoyage plus approfondi de l'instrument pour minimiser les dépôts internes et maintenir le libre jeu des coulisses d'accord. L'outil à utiliser est un "serpent", une sorte d'écouvillon fixé au bout d'une gaine de freins de vélo enrobée de plastique. Faire couler de l'eau tiède dans la douche, pas plus de 40°C sinon certains vernis n'y résisteraient pas (Bach ou Selmer par exemple ; en revanche, le vernis Yamaha est beaucoup plus résistant). Dévisser la pomme de douche et enfoncer (doucement !!) le flexible dans le pavillon pour forcer l'eau à traverser l'instrument. Quand l'eau sort par la branche d'embouchure, appuyer les trois pistons en maintenant en même temps les coulisses pour les empêcher de partir, et laisser couler au moins dix minutes. Verser du liquide à vaisselle dans le pavillon, attendre un peu et recommencer à faire couler l'eau. Ensuite, souffler dans la branche d'embouchure pour chasser l'eau contenue dans l'instrument : vous verrez en sortir des débris noirâtres, preuve que le nettoyage est efficace. Une autre solution pour bien nettoyer l'intérieur des coulisses et des pistons : utiliser un petit nettoyeur à ultrasons comme celui-ci avec de l'eau additionnée d'un peu de détartrant à cafetières (à base d'acide oxalique).
Enlever la coulisse d'accord et regarder dans la branche d'embouchure face à une source lumineuse : tous les dépôts solides doivent avoir disparu et l'intérieur doit être brillant. S'il apparaît des points d'oxydation, il faut les traiter avant que l'oxydation ne pénètre profondément dans le métal. Utiliser l'écouvillon à poils durs, le tremper dans un produit pour faire briller les cuivres type "Miror" et frotter dans la branche d'embouchure jusqu'à ce que les points d'oxydation aient disparu. Éviter de faire couler du produit sur l'extérieur de la branche car il peut attaquer le vernis ou l'argenture.
Démonter l'instrument, enlever les restes de graisse sur les coulisses, passer le serpent dans tous les tubes et dans les orifices des pistons (en faisant très attention, c'est fragile !!) et rincer à l'eau. Essuyer et chasser toute l'eau restant à l'intérieur. Vous pouvez aussi utiliser des "spitballs" (petites boules d'éponge qu'on trouve dans certains kits de nettoyage) en les enfilant dans la coulisse et en soufflant pour les faire ressortir. Enfin, il reste à remettre de la graisse sur les coulisses et à remonter la trompette. J'utilise pour cela de la graisse de silicone "Bric'ront" que l'on trouve dans les magasins de bricolage, vendue en seringue en plastique. Cette graisse tient très bien et évite tout grippage même pour les instruments peu fréquemment utilisés. Mais si un instrument n'est pas utilisé pendant plusieurs mois, le plus sûr est de le ranger après l'avoir entièrement démonté : ainsi, plus de risque d'avoir une coulisse bloquée ou un piston grippé.
Le nettoyage de l'intérieur à l'acide est à réserver aux professionnels et seulement si vous n'arrivez pas à enlever les dépôts calcaires dans les coulisses. Vous pouvez cependant traiter les dépôts verdâtres dans les coulisses avec un pinceau trempé dans l'acide phosphorique à 75 % que l'on trouve au rayon des produits de traitement de la rouille (comme sur la dernière photo ci-dessous), ou plutôt de l'acide oxalique que l'on trouve sous forme de poudre à diluer pour éclaircir le bois. N'abusez pas du nettoyage à l'acide car en attaquant le zinc contenu dans l'alliage, il dégrade le polissage intérieur des tubes et les fragilise.

Peut-on remettre à neuf une trompette qui a beaucoup servi ?

L'usure d'une trompette se manifeste sur plusieurs points. Passons-les en revue en commençant par les plus visibles :
• on peut refaire le vernis ou l'argenture après un débosselage éventuel. Le coût élevé, d'environ 350 à 500 €, ne se justifie que pour un instrument exceptionnel. Toutefois, la présence de chocs réduisant localement la perce de l'instrument peut dégrader significativement la facilité d'attaque en créant des ondes réfléchies internes parasites déphasées au niveau de l'embouchure.
• certains réparateurs proposent de "recharger" des pistons usés. Pas d'illusions : la couche de métal ainsi déposée résiste très mal à l'usure. Les instruments professionnels récents ont des pistons en monel beaucoup plus durables que les anciens pistons en laiton chromé ou nickelé.
• les rondelles de feutre des pistons se tassent à la longue, si bien que les orifices des pistons ne tombent plus en face de ceux des coulisses. Résultat : l'attaque des notes devient moins sûre, moins "centrée". Refaire l'alignement des pistons en changeant les rondelles est relativement peu onéreux et l'amélioration peut être importante (même pour certains instruments neufs...) comme l'a montré Kenneth Fung. Un nettoyage intérieur aux ultrasons avec remplacement des rondelles de feutre coûte environ 80 à 90 € à Paris.
• la corrosion interne des tubes est difficile à déceler, et quand elle se manifeste à travers le vernis ou l'argenture par des points rouges, il est trop tard. L'entretien préventif décrit ci-dessus est primordial. Toutefois, il peut être avantageux de changer la branche d'embouchure seule puisque c'est la partie la plus critique pour l'émission du son et la justesse. On peut en profiter pour faire installer une branche réputée pour améliorer la réponse et la justesse (Blackburn, Accusonic, Najoom). Ainsi, j'ai fait installer une branche Blackburn 19-350 sur ma vieille Bach en ut, qui était devenue très fausse avec une réponse douteuse : le résultat est excellent.
Mais quoi qu'on fasse, l'intérieur de l'instrument subit une corrosion permanente qui augmente progressivement la rugosité du métal. Il en résulte une perturbation des résonances de la colonne d'air (pertes d'énergie par frottement et échauffement, modification de la vitesse de propagation des ondes) qui détériore la réponse, la justesse et le rendement de l'instrument : lisez l'étude de B.B.Ninob à ce sujet.

Peut-on améliorer une trompette ?

En plus d'un bon entretien, il est possible d'améliorer une trompette par divers moyens plus ou moins coûteux. La première chose à envisager est bien sûr le nettoyage intérieur avec remplacement des rondelles de feutre et alignement des pistons (voir ci-dessus). On peut quelques fois améliorer sa réponse en alourdissant certains points, avec des dessous de pistons lourds et/ou une embouchure lourde. On peut aussi modifier un peu son impédance moyenne en remplaçant la coulisse d'accord par un modèle présentant des rayons de courbure différents (plus la courbure est abrupte, plus l'impédance augmente).
On peut ensuite faire démonter et remonter son instrument en ajustant la position des entretoises ou en les remplaçant par des entretoises plus rigides, et en veillant à éliminer toute contrainte mécanique au montage. Cette opération peut donner des résultats spectaculaires ou insignifiants selon l'instrument traité et la compétence de l'artisan, et le coût est assez élevé car il faut plusieurs heures de travail. Si vous avez un Bach qui est dure à jouer et pas très juste, c'est probablement la solution pour l'améliorer. Le remplacement de la branche d'embouchure est une option à envisager, et comme il nécessite de démonter les entretoises, il s'accompagne d'un réalignement des tubes de la coulisse d'accord qui peut à lui seul apporter une réelle amélioration. On peut aussi faire dévernir un instrument pour avoir un son moins brillant si c'est le but recherché.
Enfin, certains vantent le traitement cryogénique, qui consiste à plonger la trompette dans l'azote liquide. Ils jurent que l'instrument en devient meilleur. Des essais systématiques réalisés par Selmer USA en aveugle avec un échantillon de trompettes et de musiciens n'ont pourtant montré aucun effet statistiquement mesurable, mais c'est comme l'homéopathie : quand on y croit, ça marche.

Cas particulier des trompettes à palettes.


La mécanique des trompettes à palettes ne doit pas être démontée trop fréquemment car il y a un risque à dévisser et revisser les biellettes, et le réglage des couvercles de cylindres est délicat. Une fois par an, il faut tout de même un bon nettoyage des rotors et des cylindres.
Retourner la trompette. Commencer par dévisser le chapeau du cylindre, qui laisse apparaître le couvercle dans lequel tourne l'axe inférieur du rotor..

Remettre la trompette à l'endroit et dévisser la biellette sur l'axe du rotor. Il faut un tournevis à lame large et mince pour ne pas abîmer la fente de la vis.
Sortir la biellette de l'axe du rotor en s'aidant au besoin du tournevis comme levier.
Avec le manche du tournevis, frapper légèrement l'axe du rotor pour faire tomber le couvercle et le rotor.

On voit sur cette photo les dépôts de tartre sur le rotor et sur la face intérieure du couvercle.
Plonger le rotor et le couvercle dans un liquide détartrant ou dérouillant ménager (en général de l'acide oxalique ou phosphorique dilué), à défaut, on peut utiliser de l'acide sulfurique ; ici, c'est de l'acide phosphorique à 75%. (Notez que l'acide phosphorique n'est pas toxique à faible dose : le Coca Cola en contient environ 0,5 g/l).
Rincer soigneusement. Le laiton du rotor vire au rougeâtre car l'acide attaque superficiellement le zinc contenu dans l'alliage. Nettoyer au pinceau avec un peu de détartrant l'intérieur des cylindres et rincer.
Mais si vous avez un nettoyeur à ultrasons, c'est encore mieux pour enlever ces dépôts sans attaquer le métal.

Au remontage, veiller à bien replacer les traits gravés sur les couvercles en face des repères sur les cylindres et ajuster le jeu en frappant à petits coups sur le couvercle du cylindre : il ne faut pas plus d'un millimètre de jeu vertical sur l'axe, mais les rotors doivent tourner librement. Ajuster finalement le jeu vertical avec le chapeau du cylindre de façon à concilier une bonne étanchéité et un mouvement sans aucun frottement. Le graissage se fait en mettant une goutte d'huile sur l'axe de chaque côté et deux ou trois gouttes sur le rotor par les orifices des coulisses.
L'alignement des rotors est facile à vérifier et à régler si l'instrument a été construit avec précision à l'origine : les repères gravés sur l'axe du rotor doivent être exactement en face de ceux des couvercles dans les deux positions du rotor. Si ce n'est pas le cas, il suffit de régler les butées souples (autrefois en liège, maintenant en élastomère qui ne se tasse ni ne s'use plus).

Comment ôter une embouchure coincée ?

N'essayez pas de la faire tourner avec une pince, vous risqueriez de tordre la branche d'embouchure, et l'embouchure serait irrémédiablement abîmée par la pince. Demandez à une autre personne de tenir fermement la trompette verticale, pavillon en haut, au dessus d'un coussin pour amortir la chute de l'embouchure. Prenez d'une main une pince multiprises (pince à articulation réglable destinée à serrer les tubes) et saisissez l'embouchure juste sous sa cuvette. L'articulation de la pince doit être réglée pour que la pince se ferme sans serrer la queue de l'embouchure. Protégez l'embouchure avec un chiffon épais pour que la pince ne laisse pas de trace. De votre autre main, prenez un marteau et frappez à petits coups sur la pince pour faire sortir l'embouchure en faisant attention à ne pas heurter la trompette avec le marteau.
L'idéal est cependant d'utiliser un extracteur d'embouchures que tout réparateur digne de ce nom devrait posséder, et qu'on peut trouver aux USA à partir de 40$. Demandez donc à votre revendeur s'il en a un.

Que faire si les pistons ne remontent pas bien ?

Le problème est fréquent sur les trompettes neuves, même de bonne qualité, car les pistons sont ajustés avec un jeu très faible. Il faut d'abord s'assurer que ce n'est pas dû à une poussière en nettoyant soigneusement le piston et sa chambre avec un détergent liquide (surtout pas de nettoyant en poudre ou gel pour cuisines et sanitaires, qui contient toujours un peu d'abrasif pour gratter les taches). Quand le piston est bien dégraissé, on peut le rôder en l'actionnant longuement sans mettre d'huile, jusqu'à ce qu'il remonte parfaitement. Il n'est pas rare de devoir faire cette opération pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.
En revanche, si le problème survient sur une trompette qui a servi plusieurs années, il est probablement dû à un choc ou à une déformation (surtout si la trompette est transportée fréquemment dans un sac souple). Seul un réparateur professionnel peut y remédier.
Enfin, si vous avez ce problème avec une trompette neuve de très bas de gamme, il est dû à la mauvaise qualité de fabrication et à l'utilisation de métaux non adaptés. Vous ne l'avez pas payée cher, mais c'est trop cher pour un instrument injouable... La seule chose à faire est d'acheter une trompette correcte.

Que faire quand les coulisses mobiles ont un frottement gênant ?

D'abord identifier la cause du frottement : sortir la coulisse mobile, la nettoyer à fond avec un dégraissant non abrasif et renfiler un seul tube à la fois. Si le frottement persiste, c'est que le tube est déformé : seul un réparateur spécialisé peut le réparer ou le remplacer. Si les tubes coulissent bien individuellement, c'est que le frottement résulte d'un mauvais alignement. Vérifier alors le parallélisme des tubes avec un pied à coulisse pour savoir si le problème est dans la coulisse (cas le plus fréquent) ou dans le corps de l'instrument. Rétablir le parallélisme à la main par petites actions successives sur les tubes.
Les coulisses mobiles d'une trompette neuve doivent glisser sans aucun frottement quand elles sont lubrifiées avec de l'huile à pistons. Or bien souvent ce n'est pas le cas pour les trompettes d'étude, même de grande marque. Dans ce cas, il faut exiger une intervention de l'atelier du vendeur avant d'emporter l'instrument, d'où l'intérêt de s'adresser à un magasin spécialisé et réputé pour son professionnalisme.

Comment enlever une coulisse coincée ?

Si le problème résulte d'un choc ou d'une chute, il faut s'adresser à un réparateur professionnel. Si la coulisse est bloquée parce qu'elle a été laissée sans entretien pendant trop longtemps, il est parfois possible de la sortir soi-même en utilisant un liquide dégrippant comme on en trouve dans les magasins de bricolage. Il faut arroser généreusement la jonction entre les tubes avec la liquide, ou même en remplir la coulisse coincée si c'est possible, et laisser agir plusieurs heures pour que le liquide s'infiltre entre les tubes par capillarité. En suite, prendre un chiffon solide, par exemple un torchon à vaisselle, et le faire passer dans la coulisse. Tirer fermement le torchon : la coulisse devrait venir. Bien nettoyer le tout en enlevant les restes de graisse durcie et les traces du liquide dégrippant (qui a une odeur désagréable et est probablement toxique). Remettre en place la coulisse en utilisant une graisse de bonne qualité aux silicones.
Si vous n'y arrivez pas, il faudra probablement faire appel à un réparateur qui va sortir les tubes en chauffant, voire en les dessoudant : ça va vous coûter cher, sans compter la réfection complète du vernis brûlé dans l'opération... Il est possible cependant que le réparateur arrive à débloquer la coulisse sans chauffer, en utilisant un crochet spécial avec une longue tige sur laquelle est enfilé un cylindre lourd coulissant jusqu'à une butée qui transmet un choc en traction : c'est ainsi que Adrien Jaminet a libéré une coulisse coincée de mon euphonium sans laisser de traces.

Comment réparer soi-même une entretoise dessoudée ?

Les trompettes et autres cuivres sont assemblées par "soudure" (en fait une brasure) à l'étain. Or l'alliage d'étain et de plomb utilisé pour souder les tubes et les entretoises a une fâcheuse tendance à tomber en poussière en quelques dizaines d'années. Les entretoises qui sont soumises aux vibrations arrivent ainsi à se séparer des tubes. Normalement, il faut alors refaire la soudure, ce qui revient très cher sur un instrument verni dont le vernis brûlé par le chalumeau est à refaire entièrement. Une solution provisoire pouvant durer assez longtemps consiste à recoller l'entretoise en utilisant une colle cyanoacrylique (type Cyanolit, Loctite, etc...), en en mettant une goutte à l'endroit de la soudure et en serrant fortement pendant une minute : sur ma trompette piccolo, un tel collage tient depuis plusieurs années.

Comment réparer soi-même une bosse au bout des coulisses ?

Il est fréquent que les coulisses reçoivent des chocs à leur extrémité arrondie. La "bosse", en fait un enfoncement, provoque des défauts de réponse sur les notes dont le doigté utilise cette coulisse. En attendant une réparation sérieuse par un professionnel, une solution d'attente consiste à enfiler des billes de 11mm de diamètre dans la coulisse en les poussant doucement. Avec une vingtaine de billes, vous pouvez atteindre le coude de la troisième coulisse sans problème. Coût : environ 4 euros les 20 billes chez Weber-Métaux. Comme le diamètre intérieur de la coulisse est de 11,66mm (perce ML) ou 11,73mm (perce L), cette opération est sans risque mais incomplète. Bien sûr, si vous trouvez des billes de 11,66 mm ce sera parfait ; dans ce cas donnez moi l'adresse !
Et si vous avez un tuba à débosseler, voici une méthode pour le faire vous-même.

Où puis-je faire réparer ma trompette ?
Les revendeurs spécialisés dans les instruments à vent ont en général un atelier de réparation, suffisant pour les petites remises en état ou des petites transformations comme le montage d'une branche d'embouchure. Pour des travaux plus importants, ils font appel soit au constructeur (Selmer à Mantes ou Courtois à Amboise, par exemple), ou à des ateliers spécialisés (pour réargenture ou réfection du vernis, ou pour des remises en état complètes).
Vous pouvez vous aussi vous adresser à des ateliers indépendants capables de prendre en charge toute réparation ou transformation. En voici quelques uns à qui vous pouvez vous adresser en confiance, soit que j'aie fait appel à eux, soit qu'ils m'aient été recommandés par des personnes de confiance :
• à l'ouest : Philippe Rault 42, rue des Côtes, 78600 Maisons-Laffitte (à 20 minutes de Paris par le RER A puis 10 minutes de marche de la gare de Maisons-Laffitte). Tél./ Fax : 01 3912 3798          
• à l'est : " Atcmusique" (anciennement "Atelier des cuivres") 31 avenue de la République 94100 Saint Maur des Fossés tél / fax :  01 4880 7929 (à 500m de la station RER A "Le parc Saint Maur")
et aussi l'Atelier W de Fabrice Wambergue, 76 rue Marceau 93100 Montreuil. Tél. : 06 6427 4675 Contact : contact@atelierwparis.com
• dans l'Essonne : "AJ Atelier des cuivres" 61 Rue Alfred Leblanc, 91220 Brétigny-sur-Orge, tél. 06 6815 5627 (à 500m de la station RER C "Brétigny"). Adrien Jaminet, le maître des lieux, est trompettiste (professeur au conservatoire de Nozay) et cornettiste dans un brass band. Il entretient et répare les cuivres des plus grands orchestres français et il a un stock important d'instruments professionnels neufs ou d'occasion à vendre.
On me recommande aussi l'Atelier de l'euphonium de Frédérique Duchemin, diplômée de l'ITEMM, 8 Rue Jean Philippe Rameau, 91460 Marcoussis, tél. 06 1955 6584
• dans le Nord : "La trompe d'Eustache" de Patrice Druelle, luthier vents diplômé d'Etat (ITEMM 1993), 41 bd Gambetta, 62100 Calais, tél. 03 2136 4814
• en Alsace : l'atelier "Ophicléïde" de Marc Gross (prix 2004 et 2007 des métiers d'art et Grand Prix Sema en 2008), situé 1, rue des fondeurs - 68500 Guebwiller - tél : 03 8974 8230, fax : 03 8975 7410
• à Lyon : JS Musique 17 rue Duhamel 69002 Lyon ;
• à côté de Troyes : établissement Demeyere, Route de Paris (RN 19) 10600 La Chapelle St Luc, tél. 03 2579 4012, fax 03 2574 9016 ;
• à Toulouse : "L'atelier des Vents" tenu par un artisan, Alain Mercuriali, 49 rue de Réclusane 31300 Toulouse, tél. 05 6248 3030;
• à Montauban : "L'atelier d'Octave " Emmanuel Saraïva 640 rte d'Albefeuille Lagarde 82000 Montauban, qui fabrique aussi de l'outillage de réparation.
• à Nice : "Tout pour la musique", 4 rue Défly 06000 Nice - Tél.: 04 9385 6981

Si vous connaissez d'autres bonnes adresses, écrivez-moi : seules les adresses recommandées par mes lecteurs figurent ici.